LIFTING DE LA FACE

Les objectifs

Le lifting du visage est indiquée essentiellement en cas de relâchement cutané et musculaire cervical (lifting cervical) et de la partie inférieure du visage (lifting cervico-facial). Son but est de retendre les structures déhiscentes secondaires à l’âge. Elle redessine les contours de votre visage. Le résultat doit rester naturel.

En revanche, les rides d’expression, les rides de la patte d’oie ou les rides péribuccales ne sont modifiées. Les rides profondes sont améliorées par la tension exercée sur la peau sans jamais disparaître complètement. L’aspect des paupières n’est pas corrigé par un lifting cervico-facial isolé.

Le lifting cervico-facial peut être fait dès que les signes de vieillissement apparaissent et qu’une demande de correction motivée en est formulée, généralement à partir de 40 ou 45 ans. Cette intervention ne corrige pas l’aspect des paupières, il peut néanmoins être associée avec une chirurgie esthétique des paupières (blépharoplastie), correction de l’affaissement et des rides du front (lifting frontal endoscopique). Elle peut aussi être complétée par un traitement médical des rides ou sillons (injections d’acide hyaluronique, de toxine botulique).

Exemple de lifting


Lifting du visage Après un lifting du visage

Lifting cervico-facial associé à un lifting frontal par voie endoscopique


Avant l'intervention

Un dossier photographique sera établi. Il permettra par comparaison entre une photographie de vous entre 20 et 30 ans et une photographie actuelle d’estimer les points à corriger pour seulement « faire marche arrière » sans vous changer. Il ne faudra pas oublier de l’apporter le jour de l’intervention.

L’arrêt du tabac (ou bien la réduction maximale de sa consommation) est vivement recommandé un mois avant l’intervention (le tabac peut être à l’origine d’un retard de cicatrisation).

Le déroulement de l’opération

Elle nécessite une anesthésie générale. Vous dormez une nuit à la clinique.

L’incision est en grande partie cachée dans les cheveux et au pourtour de l’oreille. On procède à la remise en tension du plan musculaire, afin de corriger l’affaissement, tout en conservant au visage son expression. En cas de surcharge graisseuse localisée, une lipoaspiration est effectuée dans le même temps opératoire : elle peut agir sur le cou, le menton, les bajoues et les joues. La peau est alors redrapée naturellement, l’excédent cutané supprimé, les sutures faites sans tension. Un petit drainage est placé derrière l’oreille pour éviter les hématomes. Il sera enlevé le lendemain matin avant de quitter la clinique.

Un vêtement compressif est mis en place pour une durée de 5 jours, jour et nuit, puis de 10 jours uniquement la nuit.

Apres l'operation de lifting

l'opéré ne doit pas s'effrayer:

  • d'un gonflement qui peut être plus accentué le deuxième jour que le premier,
  • d'ecchymoses dans la région du cou ou la région du menton,
  • d'une sensation de tension douloureuse, surtout en arrière des oreilles.
  • Une chose est importante à savoir. On est : au septième jour présentable pour les intimes ; vers le douzième jour présentable pour les amis ; mais pour paraître devant une personne dont on veut qu’elle ignore l’intervention, il y a lieu de prévoir 3 semaines

    A partir du 1er mois le gonflement a, en règle générale, presque disparu. Mais il persiste une légère induration des zones décollées, plus palpable que visible. De plus les oreilles ne récupéreront leur sensibilité normale qu'un ou deux mois plus tard. Quant aux cicatrices, elles sont cachées en avant et en arrière par les cheveux. La seule zone où elles sont légèrement visibles est en avant de l'oreille (on peut temporairement les masquer par un artifice de coiffure).

    Au bout de 2 mois on peut avoir une très bonne idée du résultat définitif. Les cicatrices sont devenues presque invisibles. Pour schématiser le déroulement des suites post-opératoires, on peut dire que vous serez bien au deuxième mois, très bien au sixième mois et parfaite au bout d’un an.

    Les complications de l’intervention

    L’hématome ; il représente 3% des complications. Il sera prévenu par un drainage aspiratif. S’il est installé, il faut l’éliminer immédiatement.

    La paralysie faciale ; la multiplicité des rameaux nerveux et leurs anastomoses rendent difficile la survenue d’une paralysie faciale définitive. On peut cependant rencontrer des paralysies au niveau de la commissure buccale ou du front. Elles régressent en général en moins de 6 mois, sans séquelle.

    Les nécroses cutanées ; elles sont rares, et liées à une tension trop importante sur la peau pré ou rétro-auriculaire. Il existe cependant une population à risques plus importants. Ce sont les personnes qui fument plus d’un paquet de cigarettes par jour. La nicotine du tabac est un vasoconstricteur périphérique puissant. Aussi est-il conseillé de freiner la consommation de tabac avant ce type d’intervention, et même si possible d’arrêter de fumer.

    L’anesthésie du lobule de l’oreille. Bien que rare, elle peut survenir quand le chirurgien coupe accidentellement le nerf qui lui donne sa sensibilité

    Les troubles capillaires ; ils comprennent aussi bien les alopécies que les décalages des lignes d’implantation du cuir chevelu. Il faut attendre plusieurs mois avant de parler d’alopécie, car très souvent les cheveux tombent à proximité des cicatrices, puis repoussent à partir du 3ème mois. Des décalages de la ligne d’implantation du cuir chevelu peuvent survenir. Ils sont beaucoup plus difficiles à traiter.

    Exceptionnellement on peut être amené à faire des retouches, afin d'atténuer une cicatrice ou de combler une petite zone d'alopécie (chute de cheveux).


    Deux questions fréquemment posées :

    Combien de temps "tient" un lifting ?
    Il permet de faire "machine arrière", mais le processus cutané continue son évolution et, quand on est amené à faire une ré intervention, la correction nécessaire est beaucoup moins importante que celle que l'on aurait à faire en cas de première intervention.

    Après combien de temps peut-on raisonnablement faire une ré intervention ?
    En l'absence de circonstances aggravantes intercurrentes (maladies, amaigrissement...), dix ans constituent un délai moyen.


    Y a t ‘il un moyen moins invasif de réaliser un rajeunissement du visage équivalent à un lifting ? Si l’excès de peau reste limitée, on peut réaliser un lifting du visage part l’utilisation de fils tenseurs. Les suites opératoires sont plus simples : moins d’ecchymoses- bleus, reprise d’une activité sociale plus rapide autour de 5 jours. Cette intervention réalisée habituellement vers 40-50 ans permet de retarder voire d’éviter la réalisation d’un lifting cervico-facial. → En savoir plus sur le lifting de la face
Demande D'informations

Pour plus d’informations, contactez le Docteur Delphine Haddad par mail : dr.delphine.haddad@me.com.

(Réponse sous 48 heures)