LIFTING DES CUISSES

Les objectifs

Suite à des pertes de poids importantes, la peau de la face interne des cuisses peut se relâcher. L’intervention permet de retendre cette peau et redonner une meilleure silhouette.

Avant l'intervention

Un dossier photographique est réalisé.

Le déroulement de l’opération

Le lifting de la face interne des cuisses est réalisée sous anesthésie générale. Il nécessite de passer une nuit à deux nuits en clinique.

Le matin de l’intervention, des points de repères sont tracés directement sur la peau, la patiente étant en position debout. L’opération associe une liposuccion à une résection de l’excédent cutanéo-graisseux, qui ne laisse qu'une cicatrice dissimulée dans le sillon génito-crural.

Deux drains sont mis en place.

Un vêtement compressif, lipopanty est mis en place sur la table d'opération.

Apres l'opération

Les drains sont laissés en place 24 à 48 heures.

Le lipopanty devra être porté en permanence pendant 1 mois. Vous pourrez toutefois le retirer pour prendre votre douche.

Un œdème et des hématomes peuvent se produire. Ils régresseront en 10 à 15 jours. Il conviendra d’éviter tout mouvement pouvant étirer les cicatrices, car il existe un risque de lâchage des sutures.

Il y a lieu de prévoir un arrêt de travail de 1 à 3 semaines, selon le métier exercé. Nous déconseillons le port de culottes dont la bordure appuierait sur les sutures et serait douloureuse, nous suggérons le port de culottes flottantes.

Complications

L’hématome : Il peut survenir même chez des patientes ayant eu un drainage postopératoire.

L’infection : Paradoxalement rare, elle se traduit le plus souvent par des lâchages de suture qui vont cicatriser spontanément en quelques semaines.

L’épanchement de lymphe : Il s’agit d’un suintement, qui apparaît vers le 7ème jour postopératoire. Il se traduit par une augmentation de volume de la cuisse correspondant à une collection liquidienne. Son traitement consiste en des ponctions répétées.

Les nécroses cutanées : Elles sont liées à un décollement trop superficiel ou à une tension excessive sur la peau.

Les cicatrices : Elles peuvent être hypertrophiques, de mauvaise qualité (échelle de perroquet), ou mal positionnées, « syndrome de la jarretière rouge ». Cette dernière est due à une migration vers le bas d’une cicatrice dont les points de fixation au ligament de Cooles ont lâché.

Les résultats de l'intervention

Ils sont en règle conformes au plan préopératoire établi.

Le lifting des cuisses comporte les risques de tout acte médical, si minime soit-il. Ces derniers seront détaillés lors de la consultation.


→ En savoir plus sur le lifting des cuisses?
Demande D'informations

Pour plus d’informations, contactez le Docteur Delphine Haddad par mail : dr.delphine.haddad@me.com.

(Réponse sous 48 heures)